Synthèse du Forum Virtuel de la CCI Bénin sur le Thème : Perspectives pour le secteur privé du Bénin après la crise COVID19

 In Actualités CCIB

Ce vendredi 17 Juillet 2020 a eu lieu à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin, le forum virtuel sur le thème : « Perspectives pour le secteur privé du Bénin après la crise COVID19 ». Cette réunion numérique a connu l’intervention d’éminentes personnalités du secteur économique qui ont délivré leur communication face à plus de 300 internautes sous la modération de Raymond ADJAKPA ABILE, Secrétaire Général de la chambre consulaire.

Arnauld AKAKPO, Président de la CCI Bénin, a procédé à l’ouverture du forum en saluant la présence des distingués invités. Il a ensuite reprécisé l’importance de réfléchir sur le devenir du Bénin après la pandémie de la Covid 19 en cette veille de la célébration des soixante ans de l’accession de notre pays à l’indépendance et des trente ans d’expérimentation d’un nouveau modèle économique.

A la suite du Président, la communication inaugurale a été délivrée par le ministre d’Etat honoraire le Docteur Zul-Kifl SALAMI sur le thème : “Devenir le Pôle industriel de l’Afrique de l’Ouest”. Après avoir remercié le Président de la CCI Bénin pour l’initiative et rendu hommage à Son Excellence Patrice TALON, Président de la République du Bénin, pour le travail magistral qu’il accomplit depuis sa prise du pouvoir, le ministre d’Etat a mis l’accent sur les éléments clés à mettre en œuvre pour amorcer le développement industriel du Bénin. Selon le conférencier, il faudra :

– mobiliser les ressources pour construire les infrastructures de base (ports secs et aéroports) pour que l’environnement des affaires soit plus viable,

– produire l’électricité pour renforcer le réseau électrique de la CEDEAO,

– développer la production et l’industrialisation des produits pour lesquels le Bénin a un avantage comparatif comme l’ananas pain de sucre,

– susciter l’implantation d’usines en aval de la production cotonnière,

– enseigner et faire de la culture de l’Excellence une priorité,

– développer la culture de l’intégrité.

Le ministre d’Etat recommande vivement le modèle singapourien qui est une référence en termes de modèle de développement.

Albin FELIHO, Président de la Confédération Nationale des Employeurs du Bénin (CONEB) a donné la première communication sur le thème : “Impacts de la pandémie de la COVID 19 sur les entreprises béninoises ”. Le conférencier, après avoir briefé les résultats des enquêtes effectuées par diverses structures sur les conséquences de la pandémie du coronavirus sur les entreprises béninoises, a conclu qu’il était temps pour le Bénin de penser à l’après Covid-19 en procédant à mise en place d’un nouveau modèle de développement.

Roland RIBOUX, Président du Conseil des Investisseurs Privés au Bénin (CIPB) a, quant à lui, donné la deuxième communication autour du thème : “ Les atouts du Bénin pour devenir le Pôle industriel de l’Afrique de l’Ouest ”. Pour le locuteur, le Bénin dispose de trois atouts importants à exploiter pour son industrialisation :

– sa base agricole très riche dont les produits comme le cajou, le karité, le coton, la tomate, le soja…,

– une main d’œuvre abondante et disponible constituée de jeunes,

– la détermination du gouvernement, une administration proactive.

Ces trois leviers, une fois activés, doivent être appuyés par une production de qualité, condition sine qua non pour une industrialisation excellente.

La troisième communication a été délivrée par Eustache KOTINGAN, Président du Conseil National du Patronat du Bénin (CNPB) sur le thème : “ Quel modèle de développement pour le secteur privé béninois? ” Selon le conférencier, le secteur privé en étroite collaboration avec le gouvernement doit réajuster le modèle de développement économique. L’industrialisation du Bénin doit prendre comme base la disponibilité des matières premières du pays. Le coton est la matière phare du Bénin sur laquelle il faudra travailler. De plus le système éducatif doit tenir compte des défis de l’industrialisation. Aussi, est-il important d’investir dans les infrastructures de qualité, formaliser l’informel et accélérer la transition numérique. La fiscalité doit être plus souple pour attirer les investisseurs. La mise en œuvre du code foncier et l’amélioration de l’environnement légal, juridique et règlementaire des affaires doivent être prises en compte. Eustache KOTINGAN souligne qu’en ce moment de Covid-19, il faut que le modèle de développement à mettre en place soit basé sur une solidarité permanente.

Le Frère Godfrey NZAMIJO, Directeur du centre régional Songhaï a animé la quatrième communication autour du thème : “ La COVID 19 : nouveau départ pour l’agrobusiness au Bénin? ” Pour le communicateur, la « normale n’a jamais existé », nous avons plutôt normalisé une logique de pauvreté et de sous-développement en Afrique. La seule manière de s’en sortir est de vite amorcer les forces, surtout endogènes, pour créer un environnement favorable, des structures et des capacités techniques et organisationnelles appropriées pour produire des biens et services qui nous permettront de faire face convenablement à nos défis actuels afin de subvenir à nos besoins et désirs, en dépit des contraintes internes et externes. La pandémie de la Covid-19 ne doit pas être une fatalité, mais plutôt un tournant pour définir une nouvelle feuille de route, une nouvelle boussole. Cela devra être du nouveau vin dans de nouvelles outres. Il est désormais question de « Changer ou Périr ». Le conférencier préconise un système de production intégré qui crée et intensifie des liens dynamiques et des synergies non seulement entre les unités de production primaires, mais aussi entre l’agriculture, l’industrie et les services (l’Agro-business). Il souligne qu’il faut que chaque commune développe l’énergie électrique pour que le Bénin ne soit pas un consommateur éternel d’énergie. En somme, le système agricole alimentaire et de subsistance doit désormais céder place à un système alimentaire hautement productif et durable à travers une organisation bien définie. Godfrey NZAMUJO propose finalement une nouvelle plateforme agro-business constituée d’éléments bien déterminés.

Léonard WANTCHEKON, Professeur de sciences politiques et d’économie à l’université de New York et directeur fondateur de l’institut de recherche empirique en économie politique AfricanS chool of Economics basé au Bénin, a délivré la cinquième communication sur le thème : “ Le Bénin, Pôle industriel de l’Afrique de l’Ouest : Analyse d’un économiste ”. Selon le Professeur, le Bénin dispose :

– d’un énorme potentiel agricole que ce soit du nord ou au sud du pays,

– d’un atout historique autour de ses royaumes et, à cause de son histoire, les premiers cadres sur le plan mondial étaient béninois,

– d’un capital humain : le Bénin est l’un des leaders au monde dans des secteurs clés du savoir comme les mathématiques, lachirurgie, la microbiologie, l’informatique…,

– d’une position géographique très enviée qui lui donne accès à 400.000.000 de consommateurs.

Au-delà des modèles de Singapour et de Malaisie qui sont des références, le Professeur recommande vivement la mise en place d’un modèle agro-industriel comme celui développé en1923 avec l’institut de recherche et de production des oléagineux de Pobè. Il urge donc de penser à un modèle industriel permettant de produire, non en masse, mais de développer une production de qualité.

Aussi, African School of Economics basé à Abomey-Calavi est-elle une référence mondiale en termes de modèle de formation en finances et en économie.

Le professeur recommande que le gouvernement et le secteur privé encouragent la recherche et créent des centres d’incubations pour l’innovation. Pour lui, le développement des infrastructures routières est capital pour connecter rapidement de partout le Bénin à ces deux voisins que sont le Nigéria et le Togo.

Le forum s’est poursuivi avec les interventions respectives de Paulette Marcelline ADJOVI épouse YEKPE, Ambassadeur de la diplomatie économique du Nigéria, Makarimi Abissola ADECHOUBOU, Ambassadeur du Bénin près le Japon, Simon Pierre ADOVELANDE, Ambassadeur du Bénin près la Chine, Fadilou MOUTAÏROU, Ambassadeur du Bénin près l’Arabie Saoudite. A tour de rôle chaque Ambassadeur a fait l’état des lieux des relations économiques du Bénin avec le pays où il représente le Bénin avant de faire des propositions pour la construction d’un nouveau modèle économique.

Plusieurs opérateurs économiques sont intervenus par la suite pour faire aussi des propositions.

Démarré à 10h, le forum a pris fin après trois heures d’horloge suite à la synthèse de Arnaud DEGLA, Vice-Président Industrie de la CCI Bénin, avec la conclusion de la rédaction très prochaine d’un livre blanc.

Cellule Communication CCI Bénin

Recent Posts

Start typing and press Enter to search